• A lire,  Messages,  Plonger ailleurs

    Recensement des Grottes Sous-Marines

    Dans le cadre d’une meilleure gestion des secours des accidents en grotte sous-marine, la Commission Plongée Souterraine de Provence/Alpes en collaboration avec le Spéléo-secours du CDSC13 organise un recensement de toutes les grottes sous-marines situées sur le territoire des Bouches du Rhône.

    Dans un premier temps, nous demandons à tous les clubs de plongée de la région (ou SCA) connaissant bien la côte de nous renseigner sur les grottes de leur connaissance. Toutes les grottes dont le développement dépasse une dizaine de mètres nous intéressent. Les renseignements peuvent être synthétisés sur le fichier Exell joint mais toute autre forme est, bien sur, acceptée.

    Dans un deuxième temps, les plongeurs de la commission iront sur site, si possible, avec les clubs participants pour évaluer les spécificités de chaque grotte, lever un croquis voire une topographie.

    Enfin nous dresserons un fichier accessible à tous de toutes les cavités sous-marines du département.

    Avec nos remerciements anticipés.

    Marc Douchet

    Le fichier de recensement est mis en ligne sur notre site (cliquez sur ce lien). Si vous connaissez une ou plusieurs grottes, merci de le remplir et de la renvoyer à webmaster@ascadplon.org qui fera vivre ce fichier et l’enverra à la commission Plongée Souterraine de Provence/Alpes

  • Biologie,  Messages,  Nouveau

    Un site Internet consacré aux requins

    Juste un petit mot pour vous annoncer la naissance d’un site consacré aux requins.

    Ce site Internet doit être un outil d’information et de réflexion.

    A découvrir sur : www.requinscaledonie.com

    Pour l’instant, la priorité est l’incription des requins au tableau des espèces protégées en province Sud de Nouvelle Calédonie. Pétition sur

  • bonnes humeurs

    Une future plongeuse au club ???

    Sébastien à la grande joie de nous annoncer l’arrivée d’une future plongeuse

    Nom : DESMAREST

    Prénom : Lyulia (qui se prononce Loulia)

    Née : le 23/03/09 à 4h58

    Taille : 48.5 cm

    Poids : 3.360 Kg

    Caractéristiques : à plus de cheveux que son papa

    lyulia_desmarest1

    N’hésitez pas à féliciter Sébastien DESMAREST (coordonnées dans l’annuaire)


  • Carnet de Plongée

    De retour de vacances : La Corse, golfe de Lava

    J’arrive à peine de corse où j’ai passé de bonnes vacances.

    Elles ont été bonnes, entre autre, parce que j’ai pu y plonger et tester un nouveau club de plongée (enfin une renaissance).

    Si tu vas dans le Golfe de Lava (par ex. au Paese di lava), tu ne sera plus obligé de prendre ta voiture pour aller plonger… et en corse, çà n’est pas anodin.

    J’ai testé pour vous Le Squale Plongée. Un club sympa, situé sur la plage du golfe.

    Ils ont tout le matos dont tu as besoin, y compris un semi-rigide pour t’emmener sur les meilleurs sites.

    Car c’est là une des richesses de ce club : le golfe de Lava est resté « nature »; de plus, il est trop loin d’Ajaccio ou de Sagone pour des sorties « classiques ». Bref, tu auras certainement l’occasion de tester le « Banc Provençal » : unes des plus belles plongées de Corse. C’est une plongée à grand spectacle, mémorable, accessible aux N2. Posé entre -17 et … le fond, cet ensemble rocheux est constitué de deux têtes à son sommet, séparées par une faille. L’ensemble est très généreusement recouvert d’éponges multicolores, de gorgones et d’anémones-fleurs, c’est une véritable caverne d’Ali Baba où semble s’être rassemblée la faune méditerranéenne au complet.

    Mais revenons au club : en plus de leur sérieux et de leur gentillesse, ils te garderont ton matériel pour les séances suivantes.

    Pour les rencontrer, profites de la réunion d’info du samedi soir au Paese, ou bien passes les voir le matin à 9h00 (l’heure du rendez-vous des explo), ou bien l’après-midi.

    Que dire de plus ? Vas visiter leur site internet en cliquant sur : Le Squale Plongée.

    Gilles

  • Biologie,  Photo et Vidéo

    Photographier Doris dans les Yeux … et gagner un voyage de rêve !

    bilogie FFESSM

    Christine LACROIX

    Chargée de mission

    « Les Yeux de Doris »

    Bonjour à toutes et à tous,

    Le concours photos « Les Yeux de Doris » proposé en ligne par la Commission nationale Environnement et Biologie Subaquatiques est ouvert à tous les licenciés de la FFESSM qu’ils soient photographes ou non. Pour sa troisième édition les thèmes proposés sont les suivants :

    • Les Algues
    • Les Invertébrés» d’eau douce
    • Les Pontes
    • Les Anémones
    • Les Bivalves

    Les photos présentées au concours viennent compléter la base de données photographique illustrant les fiches des différentes espèces qui composent le site de « Doris » (Données d’Observations pour la Reconnaissance et l’Indentification de la faune et de flore Subaquatique). Ce site a obtenu en octobre dernier la « Palme d’or » du meilleur site web éducatif au Festival mondial de l’Image Sous-marine à Antibes.

    Je vous adresse donc ce courrier au nom de l’équipe d’Animation de la CNEBS, pour que vous puissiez faire la promotion de ce concours auprès des plongeurs de vos clubs, de vos commissions » etc afin que tous puissent y participer.

    Tous les documents relatifs au concours sont consultables et téléchargeables sur le site de la Commission Nationale Environnement et Biologie Subaquatiques :

    Nous comptons sur votre aide à toutes et à tous pour que 2008 soit une excellente édition pour les « Yeux de Doris ».

    Je vous rappelle que ce concours est doté de nombreux lots dont est le premier et deuxième prix sont des séjours d’une semaine en Corse ou à Trébeurden.

    D’avance merci de votre participation.

    Amitiés fédérales.

    Christine LACROIX

  • Journal de Paul

    Historique de la section PLONGEE (2/2)

    La bouée de secours

    Au début, nous nous servions de la bouée des pilotes de l’aéronavale « Mae West ». Ce nom fut attribué par la marine américaine en mémoire d’une artiste qui exhibait son opulente poitrine dans les quartiers ouest de New York. C’était un sac jaune en forme de couronne se plaçant autour du cou et se fixant au corps par des sangles réglables. Sur le devant, on trouvait une petite bouteille de CO2 avec une tirette, et un peu plus bas, un flexible terminé par une soupape d’échappement.

    Au fonctionnement en plongée, pour faciliter la remontée, on largue d’abord la ceinture de lest, puis on actionne la tirette et la bouée se gonfle instantanément au maximum, entraînant le plongeur rapidement vers la surface. Pour éviter l’éclatement, du fait de la variation de volume du gaz, celui-ci s’échappe par la soupape en éliminant le trop plein. Il était préconisé de s’en servir uniquement dans des circonstances extrêmes car c’était un appareil dangereux sans possibilité de réglage de la vitesse de remontée. On nous enseignait, en 1963, qu’il valait mieux avoir un accident de décompression que de se noyer.

    Quand en 1965 le modèle « Fenzy » apparut sur le marché, le club s’équipa tout de suite pour satisfaire aux conditions de sécurité des encadrants amenant avec eux un groupe de plongeurs. Elle était composée d’un sac en tissu caoutchouté orange en forme de couronne, s‘adaptant au corps à l’aide de sangles réglables. Au sommet de la couronne et sur le côté un tuyau annelé avec soupape de purge manuelle et embout buccal. A la base était fixée une bouteille en acier de 0,5 litre d’air comprimé, pris sur un bloc de plongée chargé à 180 bars, équipée d’un robinet de conservation et d’un étrier de fixation. Sur la collerette, une soupape d’évacuation du trop plein, pouvait être manœuvrée par une tirette manuelle placée en bas à droite, à côté du robinet de remplissage. Cette bouée servait également à l’équilibrage du plongeur en immersion afin d’éviter les efforts inutiles.

    Au fonctionnement, on ouvrait le robinet de la bouteille et l’air comprimé se détendait dans la collerette. On refermait le robinet dès l’amorce de la remontée. Le réglage de la vitesse de remontée se pratiquait en actionnant la tirette de la soupape de purge, ou l’autre soupape manuelle située à l’extrémité du tuyau annelé, bras tendu vers le haut. De plus, avec cette dernière, on pouvait, en cas de besoin, inspirer de l’air à la pression ambiante, grâce à l’embout buccal. Avec un peu d’entraînement on y arrivait, à condition de souffler dans l’eau l’air expiré chargé en CO2.

     

    Les tables de plongée simple

    Les tables de plongée françaises furent établies par la Marine Nationales GERS (Groupe d’Etudes et de Recherches Sous-marine) à partir des connaissances théoriques et vérifiées expérimentalement sur un certain nombre de personnes. Elles étaient remises à jour en fonction de nouvelles connaissances expérimentales. Utiliser toujours la dernière édition. Inspirées de la marine américaine, elles étaient exprimées en mètres et minutes jusqu’à une profondeur de 40 mètres, avec interpolation des paliers de 3 mètres en 3 mètres. Elles autorisaient la remontée vers la surface à la vitesse de 20 mètres minute maximum. Les instructions ne dépassaient pas 40 mètres. Au delà, il fallait se servir de tables américaines. Plus tard, elles seront remises à jour et modifiées plusieurs fois. Elles se présentaient sous la forme de dépliant cartonné ou plastifié sur lequel étaient imprimées plusieurs colonnes. Profondeur, durée, subdivision de plusieurs petites colonnes donnant la profondeur des paliers en partant de gauche à droite et pour chacune de ces profondeurs, la durée des paliers en minutes. Encore deux autres colonnes, l’une pour la durée totale de la remontée et la dernière donnant le coefficient C qui varie de 1,1 à 2 en chiffres. Quand il était élevé, il restait encore une importante quantité d’azote dissout que l’organisme continuait à éliminer progressivement après le retour en surface. Le coefficient C était utilisé pour le calcul des plongées successives.

    Pour les plongées successives à moins de 6 heures d’intervalle, on utilisait la table de plongée simple et une autre de plongée successive. Cette dernière était composée d’un carton, en forme de tiroir avec une tirette au milieu, souvent plastifié pour éviter la détérioration par l’humidité. La table de plongée successive était composée d’une partie fixe divisée en plusieurs grandes colonnes. En tête de celles-ci étaient inscrits les coefficients C de 2 à 1,1. En dessous, les profondeurs P, à côté, une petite fenêtre. Ensuite chaque grande colonne était divisée en deux plus petites. L’une à gauche INTER (intervalle) dont les quatre chiffres étaient exprimés en heure – minutes. L’autre à droite MAJ (majoration) comportant une fenêtre. Sur la partie mobile étaient inscrites les profondeurs des plongées successives et les colonnes de majoration en heure – minutes. En tirant ou en poussant, la partie mobile coulissait dans la partie fixe et l’on pouvait afficher les profondeurs successives au coefficient C désiré avec en dessous les valeur de la majoration correspondante.

    Deux modes d’utilisation des tables de plongée successive :

    On calculait une plongée fictive en ajoutant la majoration à la durée de la plongée à effectuer, puis on lisait le nombre et la durée des paliers à effectuer à la remontée. Mais en réalité, on effectuait la plongée avec la durée lue sur la table de plongée simple avec les paliers résultant de la plongée fictive.

    Dans la tables de plongée simple, à la profondeur définie, on choisissait le plus grand temps sans palier, on déduisait alors la majoration. Cela écourte la durée de la plongée réelle mais le retour à la surface se faisait sans palier.

    Nous avions aussi la petite plaquette en plastique incassable sur laquelle étaient imprimées les instructions simplifiées des plongées simples jusqu’à 40 mètres que l’on attachait à un bout pour ne pas perdre mais suffisamment long pour être à portée de vue malgré la gêne du masque.

    Les premières tables que j’ai connues donnaient les informations suivantes :

     

    Profondeur

    Durée

    Paliers

    10 m

    Sans limitation

    sans

    20 m

    1 heure

    sans

    30 m

    30 minutes

    sans

    40 m

    20 minutes

    sans

     

    Elles furent modifiées en 1970

     

    Profondeur

    Durée

    Paliers

    10 m

    Sans limitation

    sans

    20 m

    40 minutes

    sans

    30 m

    25 minutes

    sans

    38 m

    20 minutes

    sans

    40 m

    10 minutes

    sans

     

    C’étaient des chiffres que l’on apprenaient par cœur et que nous gardions en mémoire en cas de perte de la table de plongée en cours d’immersion. C’est arrivé plusieurs fois et cette mémorisation fut utile.

     

     

    L’école de plongée

    Comme une longue chaîne en cours de fabrication chaque année nous construisons un chaînon de plus, ajouté à ceux déjà existants. Dans un mouvement perpétuel, l’école de plongée renouvelle son lot d’adhérents adeptes de cette pratique sous-marine qui fera l’animation annuelle de la section. Affiliés à la fédération d’études et de sport sous marins, nous allons voir l’évolution adaptée aux besoins des circonstances de la plongée. Nous avons suivi au mieux les instructions qui nous sont parvenues.

    En 1954 à Marseille fut créée la fédération .Le premier président du club cassidain de plongée sous-marine m’a dit un jour que la fédération d’études et de sport sous marin était issue de la fusion de deux fédérations, l’une de plongée, l’autre de chasse sous marine, à la demande du comité de Provence et des fabricants de matériels spécialisés. Cette nouvelle organisation soucieuse d’élaborer de nouvelles techniques adaptées à la plongée sportive demanda le concours à des scaphandriers professionnels en collaboration avec le docteur Fructus. La plongée étant un sport à risques, il était judicieux qu’elle soit ouverte progressivement au public, en créant l’escalade des brevets aux besoins évolutifs des personnes concernées. La technicité fut empruntée à la marine nationale qui publia un ouvrage très complet. Pour cela un guide de montagne, Guy Poulet, passionné de plongée, apporta la manière d’enseigner dans un ouvrage écrit par lui. Il a servi de modèle depuis longtemps et certainement pour de nombreuses générations.

    Au sein du groupe des premiers adhérents, Jacques JOANNES, dit « Jojo » pour les copains, fut élu président pour diriger l’organisation administrative et technique du club. Seul moniteur il combinait la plongée école exploration aux adhérents qui venaient aux sorties le dimanche (La section assurait une plongée par semaine le dimanche matin seulement à ses débuts).

    Entraînement de fin mars à juin si la météo était favorable, puis à la fin de cette période, il convenait d’un dimanche pour faire passer les BE et les 1er éch. sans théorie en ce temps là.

    Au mois de juillet la section de plongée était fermée pour cause de congé du moniteur président. Aucun autre adhérent n’avait le niveau de plongeur qualifié pour diriger un groupe en immersion. En Août, à son retour, les sorties en mer reprenaient. Quand il y avait des candidats, il organisait des séances d’école pour les 2ème éch.

    Après des années passées à la section, je revois dans ma mémoire le boute-en-train « Jojo » seul moniteur pour tout faire tous les dimanches pendant 5 ans. Comme il connaissait tout il nous a montré le chemin de la compréhension pour continuer dans l’avenir. Il a complété notre instruction avec la maintenance et le pilotage du bateau « le SAPHIR ». Heureusement de temps en temps il organisait des bivouacs et cela donnait une atmosphère un peu plus conviviale par rapport aux actions routinières en cours d’année. Certes, C. Thirion, R. Citerici et moi l’avons aidé dès notre 2ème éch. La section doit beaucoup de reconnaissance à sa ténacité. Par ses actions, il a su donner un départ convaincant à ses compagnons du moment. Puis en fin 1965 il quitta la section pour s’occuper de sa nombreuse famille. Mais il garda toujours un contact amical avec ses amis plongeurs qui l’invitaient souvent à participer aux bivouacs plongées car c’était un metteur d’ambiance apprécié.

    C. Thirion fut élu président en 1966. Il réorganisa la structure club en séparant bien distinctement les périodes école, exploration, bivouacs. Le nombre des adhérents avait augmenté et l’on pensait que l’accroissement se prolongerait dans les années à venir. Avec plus de candidats à l’encadrement la section fut bien portante.

     

    La piscine :

    Avant 1966 la section n’utilisait pas de piscine pour instruire les nouveaux adhérents à la plongée sous marine. C’était plutôt mal vu, cela faisait marin d’eau douce. Pour les parisiens c’est normal, il n’ont pas la mer chez eux. Mais nous qui l’avons à deux pas pourquoi ne pas s’en servir. De plus presque tous les membres du club de cette époque pratiquaient la chasse sous-marine et étaient convenablement équipés.

    Et pourtant un jour on a essayé de changer de mentalité, des évènements vinrent à nous, sans que nous les cherchions. Le Colonel de l’école militaire d’Aix-en-Provence voulait que la plongée sous-marine fasse partie des activités sportives des élèves officiers, dans le cadre d’un partenariat avec l’ASCEA, comme pour les professeurs de l’éducation nationale exerçant pour le compte de l’armée. Pour nous bénévoles, il nous paraissait impossible de prendre cette charge. Suite à plusieurs entrevues il a été convenu de pouvoir faire des échanges réciproques sans mouvement d’argent. La section plongée de Cadarache accepta comme adhérents extérieurs trois cadres de l’armée, comme bénévole non professionnel (comme tout adhérent) pour les former jusqu’au monitorat. L’encadrement des élèves officiers était alors assuré par ces personnes aussi bien en piscine qu’à la mer avec le matériel militaire en exercice dans l’armée.

    Nous surveillions l’enseignement de la plongée des débutants en piscine et le passage des BE. Il avait été convenu aussi que nous pourrions utiliser leur piscine pour l’enseignement de nos plongeurs à des jours différents du fait de la petitesse du plan d’eau et du nombre considérable de participants. Cela débuta en 1967 et dura trois ans. Le directeur de Cadarache eut droit aux éloges du Colonel pour la qualité de notre enseignement et la bonne entente qui avait régné. Parmi les trois cadres de l’armée un seul passa le monitorat. Les deux autres arrêtèrent la plongée à cause de problèmes de santé. Dans l’exercice de leur profession ils devaient être mutés dans une autre école militaire en France. Ils préférèrent démissionner et deviendront professeurs d’éducation physique dans l’enseignement national. Alors, fin juin 1969 on se retrouvait au point de départ. Suite à une réunion de nos encadrants nous avions décidé de ne pas continuer une situation qui pourrait se répéter indéfiniment tous les trois ans et avons rompu les relations avec l’école militaire d’Aix-en-Provence.

    La mentalité de la section avait changé. En effet pendant ces trois années le bilan de l’enseignement des débutants a été positif puisqu’ils étaient déjà formés au début de la saison et nous avions gardé des contacts directs avec les membres du club l’année entière. Les regrets de la piscine entraînaient la mauvais cohésion des adhérents.

    Revenons dans le passé prendre connaissance de l’évolution fédérale. Depuis des années la fédération demandait au ministère de la jeunesse et des sports la reconnaissance de ses brevets. La lutte fut longue et puis un jour cela a été pris en considération en 1965. Seulement pour le brevet d’encadrant de moniteur fédéral qui devint moniteur national. Cet examen devait être réalisé dans une structure d’état ayant les moyens nécessaires de secours en cas d’accident. L’école de plongée de la marine nationale à Saint Mandrier correspondait à ce critère. Cette décision mécontenta la fédération au niveau de la structure d’accueil des clients potentiels entraînant un manque à gagner important pour le centre de Niolon. Celui-ci recevait tous les candidats de métropole, d’Outre-Mer et étrangers. Pour se « consoler », elle créa un autre : monitorat auxiliaire. Ce nom différait pour ne pas être confondu avec le 1er fédéral d’origine transformé en national par équivalence.

    En réalité ce fut un brevet intermédiaire entre le 2ème éch. et le national. Au début les titulaires de ce brevet de moniteur auxiliaire pouvaient enseigner tous les niveaux de plongeurs (sauf le national bien entendu) mais ne pouvaient homologuer que les plongées des brevets élémentaires seulement. Cette clause sera abolie en 1971 et ils pourront signer tous les carnets ressortant de leur responsabilité.

    De plus la fédération ajouta l’instruction théorique au BE et au 1er éch. Cela fit des mécontents parmi les plongeurs récalcitrants. Pour satisfaire ces gens là elle créa le niveau 3 sans théorie. Ce n’était pas un passage obligé pour l’accès au niveau 4. Pour notre section qui comporte des adhérents techniciens ou ingénieurs ce brevet ne fut pas pris en considération nous préférions orienter nos plongeurs au niveau supérieur pour augmenter notre effectif d’encadrement.

    En 1967, j’ai passé l’examen de moniteur auxiliaire à Niolon. Parmi les candidats un ancien camarade d’école Henri Royer, président de la section plongée de Pierrelatte. Etant donné qu’il ne pouvait pas signer les carnets des plongeurs niveau 2, il nous demanda notre concours pour faire plonger aux alentours de 40 m, quatre adhérents de sa section prétendant au niveau 4 avec homologation des plongées pour nos moniteurs nationaux. En 1968, nous les avons accueillis pendant l’été. Quelques années plus tard deux de ces personnes devinrent moniteurs : Jean-Claude Savoie (MF1) et Robert Henon (MN).

    En 1971, deux de nos moniteurs, Roger Cétérici et Hervé Cambe, négocièrent pour obtenir une participation à l’encadrement à la piscine du Puy Sainte Réparade. Cela aboutit à une association de notre section plongée avec celle du club de natation. Nous pouvions utiliser la piscine en hiver un jour par semaine après les créneaux scolaires, le soir de préférence pour enseigner la plongée élémentaire sous la surveillance de moniteurs qualifiés. En contre-partie les adhérents du club de natation exerçant la plongée sous-marine pourraient venir plonger en mer au sein de notre club. Par la suite nous avons été obligés de limiter le nombre à cinq adhérents non nominatifs résidents du Puy Sainte Réparade.

    Au cours des années, il a fallu mettre un frein aux agissements irréfléchis de nos adhérents qui incitaient leurs connaissances de la région à s’inscrire au club de natation du Puy Sainte Réparade pour effectuer les plongées en mer avec nous. Il faut savoir profiter des avantages que nous avions réalisés au cours des années mais pas abuser de notre bénévolat, cela faisait des envieux surtout d’un point de vue pécuniaire. Nous n’étions pas concurrentiels avec les autres clubs de la côte. Pour nous, la ligne de conduite était la technicité des niveaux de plongée qui aboutit à la sécurité en immersion. Si nos adhérents stagnaient au BE c’est qu’ils n’avaient pas compris le message des encadrants. Plus performant sera l’enseignement et plus satisfaisante sera la plongée. Un minimum de 10 à 12 plongées par an maintien raisonnablement à l’aise un plongeur débutant.

    La piscine du Puy Sainte Réparade apporta beaucoup de candidats à notre section plongée entre 1971 et 1978. Ils avaient pour eux la sportivité et l’aisance dans l’eau. L’entraînement du jeudi soir ne perturbait pas trop les rapports familiaux.

    L’investissement pour le matériel et la plongée en mer le dimanche rendait ces adhérents réticents. Seuls 5 à 6 plongeurs continuaient leur enseignement à la mer.

    Les deux moniteurs de la section plongée de Cadarache s’occuperont de l’entraînement en piscine jusqu’en 1978 date à laquelle ils démissionneront du CEA.

    Au cours de l’existence de la section plongée de Cadarache il faut savoir que nous avions eu des moments difficiles qui faillirent entraîner sa disparition. Nous avions œuvré pour garder notre autonomie en demandant à nos adhérents de participer bénévolement aux travaux d’entretien du matériel de plongée et du bateau. Pour une meilleure sécurité en immersion l’école fut prépondérante, les stages en mer étant séparés des activités exploratrices. Cela contribua à accroître le nombre de nos encadrants volontaires. C’était bien le but de nos efforts. A la fin de l’année 1969 nous comptions 7 moniteurs dont 3 nationaux et 4 auxiliaires. Nous étions optimistes. Et puis grosse déception.

    En plus du désistement de la piscine à l’école militaire, 2 moniteurs s’en allèrent, un pour cause de maladie et l’autre pour démission. Puis, suite à des évènements particuliers familiaux et professionnels deux autres moniteurs se désistèrent pour encadrer les plongées en mer le dimanche. Claude Thirion et moi, restions les seuls moniteurs. Bernard Mérite, 2ème éch., voulait passer le monitorat l’année suivante. Allions nous nous arrêter sur un échec ? Après mûres réflexions, nous décidâmes avec C. Thirion de continuer à faire vivre la section plongée si nos adhérents le désiraient.

    Nouvelle déception, Bernard Mérite (MN) fut muté à Super Phénix et D. Rouleau (MF1) démissionnera de Cadarache en 1973.

    Avec Claude Thirion nous nous retrouvâmes de nouveau à deux moniteurs pour faire les sorties en mer. Evaluant la situation très décevante de former des encadrants qui n’exercent pas leur talent, c’était perdre notre temps. D’autant plus que le club Cassidain convoitait notre participation. Nous possédions chacun un bateau et notre matériel de plongée au complet. A quoi bon continuer puisqu’on ne pouvait pas assurer notre succession. Si nous partions tout s’écroulerait. Sans encadrement le club perdrait son indépendance et son autonomie. L’expérience nous a montré que même en ayant des adhérents de bonne foi nous ne pouvions maîtriser la vie professionnelle et familiale et les conséquences à des évènements insoupçonnés. Suite à une réunion qui eu lieu au mois d’Août 1972 sur mon bateau dans la Calanque de Port Miou et dura toute la nuit en longues palabres entre Claude Thirion, Bernard Mérite, René Gueguen (2ème éch.) et moi, les principaux encadrants en mer du moment nous décidâmes de faire plonger nos adhérents jusqu’à la fin de la saison. Ensuite nous remettrions au mois d’octobre tout le matériel et le bateau à la disposition de l’ASCEA.

    Nous étions navrés et déçus.

    Et puis une lueur d’espoir apparut. Joannes, ayant appris que les activités du club allaient s’achever bientôt et ne voulant pas que le groupe de plongée disparaisse, convoqua individuellement les encadrants sur lesquels il fondait son espoir. Si nous pouvions l’aider pendant une année il reprendrait la présidence pour faire subsister le club, en 1973. C’était un sursis, en cas d’échec l’issue déjà envisagée serait la défection définitive. Et puis René Gueguen fut moniteur auxiliaire, président en 1974 et de nouveaux adhérents enthousiastes Michel Viala, Patrick Jogan, Richard Lion, Jean-Claude Paronneau ont oeuvré au redressement de la situation.

    En 1974, Bernard Mérite revint ce qui augmenta les effectifs d’encadrement. La situation s’étant considérablement améliorée Jean-Claude Paronneau devint président en 1976.

    A cette date un nouveau moniteur Pierre Derigal venant de l’extérieur (conjoint agent CEA) adhéra au club. Maintenant que la situation avait évolué favorablement, Paronneau au cours de son allocution annuelle annonça que si la section plongée de l’ASCEA de Cadarache avait survécu jusqu’à présent c’était grâce aux vieux crabes : Joannes, Thirion, Jeanjean, Mérite, Gueguen.

    A l’image du stage niveau 4 organisé par Thirion et Mérite depuis des années il serait judicieux de réaliser le stage niveau 2 dans les mêmes conditions. Je donnerai plus loin le détail de l’organisation des stages de notre section.

     

    Le 2ème éch. ou niveau 4

    Pendant des années, nous avons organisé des sessions d’examens 2ème éch. ou niveau 4.

    Logistique : se conformant aux conditions générales de la FFESSM, cet examen pouvait être réalisé au sein d’un club, si celui-ci en faisait la demande en se conformant aux démarches administratives et justifiait d’une sécurité suffisante en cas de sinistre au cours des épreuves.

    Epreuves : Toutes les épreuves devaient être réalisées en une seule journée sous la conduite de deux moniteurs nationaux ou fédéraux d’avant 1965. Quand nous n’avions pas deux moniteurs au club du niveau précité, nous faisions appel aux services d’un autre. La réciprocité fut de mise en retour des services rendus. Mais avec le club cassidain nous avions associé nos candidats en un seul stage pour obtenir une meilleure qualité d’enseignement.

    L’expérience nous a appris que le candidat unique à un stage de formation ne profitait pas pleinement des avantages qu’offre un groupe d’élèves. Se référant à un exercice demandé, la réalisation n’étant jamais bien faite du 1er coup, il faudra répéter les consignes plusieurs fois pour atteindre le but recherché. Dans un groupe, toute déficience des uns engendre des corrections de l’exercice qui profitent aux autres.

    Etant donné que le club cassidain était le plus proche de nous, nous avions longtemps associé notre participation amicale avec les présidents successifs.

    Pour information un rappel historique des années 61-70

    Moniteurs ont eu pour Instructeurs

    CAD – Joannes Jacques 1961 : CAS – Manganelli Jules

    CAD – Thirion Claude 1965 : Joannes – Manganelli

    CAD – Citerici Roger 1965 : Joannes – Thirion

    CAS – Martin Jean 1965 : Manganelli – Thirion

    CAD – Jeanjean Paul 1967 : Joannes – Thirion – Martin

    CAS – Cayol Jean-Claude1967 : Manganelli – Martin

    L’origine de « CAS CAD » ne date pas d’hier.

    Lorsque nous étions libres de toutes contraintes, sans adhérents réciproques à nous occuper le jour de la sortie, nous nous rassemblions sur un bateau pour aller en mer nous exprimer en profondeur. Mais quand le club cassidain avait une surcharge importante de clients il demandait notre participation à l’encadrement que nous faisions volontiers, sans manquer à nos engagements vis à vis de nos adhérents.

    Nos plongeurs ont souvent été faire des baptêmes au club Cassidain qui avait plus de clients que nous et ont profité des conseils techniques de Jean-Claude Cayol pour accéder du niveau …

  • Journal de Paul

    La grotte de la Triperie

    La grotte de la Triperie

    le 4 septembre 1991, Henri Cosquer déclarait avoir découvert une grotte sous-marine contenant des peintures rupestres préhistoriques.

    Trois jours avant cette date, un accident grave survenait dans cette même grotte où trois plongeurs grenoblois trouvèrent la mort. Ce jour là des membres de la section Plongée de l’A.S. de Cadarache furent témoins et acteurs de ce drame.

    C’était à Cassis, un dimanche matin, par un léger vent d’est, la météo avait prévu un renforcement de celui-ci en cours de journée. J’étais le directeur de plongée. Nous avions décidé de passer la journée en mer et donc d’emporter tout le matériel nécessaire

    Après consultation des encadrants, pour la plongée du matin, nous avons mouillé dans la calanque de la Triperie, à l’abri de la houle. En chemin, comme d’habitude nous avions composé les palanquées et la prévision de départ : Deux groupes partiraient en premier, les deux autres groupes dès le retour des premiers, de telle sorte qu’il reste toujours une surveillance en surface.

    Avec Agnès et Claude BERTON, je faisais partie des deux premières équipes. Nous sommes partis explorer le fond à 35 m, le long de la falaise. L’autre groupe est resté à 15 m de profondeur, à la grotte du bout de la Triperie et, terminant l’exploration avant nous, est revenu au Tiki III. les deux autres palanquées qui attendaient sur le bateau ont sauté à l’eau à leur tour.

    Lorsque nous sommes montés à bord, j’ai remarqué que beaucoup de navires de plaisance s’étaient placés à l’abri des vents du sud, pas loin de nous. Encore équipé de ma bouteille, mon regard fut attiré par un zodiac gris occupé par quatre hommes en maillot de bain, situé à une cinquantaine de mètres par tribord avant du TIKI III.

    Un des occupants agitait les bras en l’air, ce que j’interprétais comme un signal de détresse. Puis il mit le zodiac en marche et vint vers nous doucement, s’écartant des bulles de nos plongeurs avec précaution, il accosta à notre tribord et nous l’amarrâmes pour qu’il reste à poste fixe.

    Cet homme, âgé d’une cinquantaine d’années, était le moniteur de plongée, responsable du club de la calanque de Sormiou. Deux autres hommes, plus jeunes faisaient triste mine, un troisième pleurait. Le moniteur me fit part de son inquiétude au sujet de trois plongeurs partis depuis plus de 45 mn, explorer la grotte – celle située à la pointe nord de la calanque de la Triperie -. et qui n’étaient toujours pas revenus à la surface. Il me demanda notre aide pour secourir ces personnes. Je lui fis remarquer que nous venions à peine de remonter après une plongée de 35 mn à 35 m de profondeur et qu’il n’était pas raisonnable de s’immerger à nouveau. De plus nous avions encore des plongeurs au fond de l’eau qu’on ne pouvait abandonner. Mais nous pouvions mettre à sa disposition nos bouteilles pleines. Il se trouvait à peu près dans les mêmes conditions que nous, sorti de l’eau depuis presque une heure.

    Ce moment là fut considéré comme le temps T zéro. Tous les évènements qui se passèrent ensuite dans la journée furent notés sur le cahier de bord.

    Je lui proposais une intervention active dès le retour de nos plongeurs. On jeta à la mer trois pétards de rappel à une minute d’intervalle. Le groupe le plus éloigné, revint tout de suite. L’autre n’entendit rien et continua sa progression normalement. En attendant, nous appelâmes par radio le CROSMED. Il dirigea vers nous le navire de secours la « Bonne Mère » qui patrouillait à proximité de l’île Maïre. Il estimait son arrivée sur les lieux à une trentaine minutes. Entre temps, nous préparâmes un fil d’ariane avec plusieurs bouts raboutés, puis nos matériels de plongée pour une intervention de 10 minutes maxi dans la grotte, si la visibilité le permettait .

    Au moniteur de la calanque de Sormiou je demandais s’il était bien sûr que ses trois plongeurs se trouvaient dans la grotte et pas ailleurs. En regardant le jeune homme qui pleurait dans le zodiac il confirma qu’il faisait partie du groupe, qu’il avait trouvé la sortie par hasard, à travers un brouillard de poussières et que depuis, sur le zodiac, ils espéraient le retour de leurs trois collègues. Attente passive dont je lui fis reproche, car ils étaient restés en surface sans demander de l’aide, sachant que leurs plongeurs n’étaient pas équipés pour ce genre d’exploration : (pas de fil d’ariane, une seule lampe électrique) et méconnaissaient les lieux.

    J’estimais qu’après plus de 45 mn de plongée, à 36 mètres, en mono bouteille pour certains, ils avaient probablement épuisé leur réserve d’air comprimé. Peu de chance hélas de pouvoir les retrouver vivants.

    A temps T + 15 minutes, le dernier groupe de nos plongeurs monta sur le bateau, Ils furent informés de l’accident afin qu’ils prennent part aux opération en cours. Je mis le moteur en marche, montai le mouillage et dirigeai le bateau vers la grotte. La mer bougeait assez fortement, des vagues hautes de 80 cm venant du sud se brisaient sur les falaises. Nous avions convenu que deux groupes de deux plongeurs expérimentés niveau 4 ou moniteurs feraient partie de l’intervention de secours.

    La première équipe composée de Claude BERTON et FOISSIER était sur le point de sauter à l’eau dès que je couperais l’erre du navire, mais les roulis occasionnés par les vagues de travers firent tomber une bouteille de plongée non amarrée, elle sectionna le pouce de la main droite d’un de nos adhérents assis sur le banc.

     

    Arrêt immédiat de l’action de secours. Nous informons le CROSMED de ce nouvel accident corporel survenu sur notre bateau. Nous effectuons les premiers soins nécessaires pour préserver le doigt.

    Le navire de secours en mer arriva sur les lieux, guidé de loin par un feu de détresse COSTON rouge, allumé par l’équipe des plongeurs de Sormiou

     

    Nous informons le commandant des évènements, et nous partons vers le port de Cassis où nous attendaient les pompiers, prévenus par radio pour prendre en charge notre blessé.

    Mais un message radio nous demanda d’arrêter le bateau et de préciser notre position. En effet, un chirurgien plaisancier naviguant entre Planier et l’île de Riou, avait intercepté nos messages avec le CROSMED. Il nous avisa qu’il faisait route vers nous pour soigner notre blessé et nous demanda de bien vouloir nous distinguer des autres plaisanciers en nous éloignant un peu de ceux ci.

    Dix minutes plus tard il arrive et accoste à notre bord. Il demande à notre blessé d’aller sur son navire, examine et soigne la blessure. Puis parce que son bateau était plus rapide que le notre, il décide d’aller au port de Cassis remettre notre adhérent aux pompiers qui patientaient déjà, prévenus par le CROSMED. Le chirurgien envoie un message radio à l’hôpital de la Timone pour avertir ses collègues de recevoir notre plongeur en première urgence. Son doigt fut sauvé.

     

    Pendant ce temps les recherches des marins militaires se poursuivaient. Dix minutes après leurs départ ils retrouvèrent un plongeur mort, à six mètres seulement de l’entrée de la grotte. C’était un homme d’une cinquantaine d’années, Niveau 1 qui avait seulement cinq plongées à son actif, sa bouteille contenait encore 40 bars.

    Ce spectacle provoqua une vive émotion chez tous les plongeurs qui se trouvaient sur les lieux. Nous décidâmes de partir pour Cassis, mais avant, par courtoisie, nous avons proposé nos services au commandant de la « Bonne Mère ». Il déclina notre offre et nous remercia. Nous accostâmes dans le port vers midi et quart et nous entreprîmes de décharger tous le matériel du bateau. Personne n’était intéressé par la plongée de l’après midi. C’était la déprime !

    Je racontai à Henri Cosquer et à son entourage, les évènements de la matinée.

    Tous les plongeurs de notre section partirent chez eux en emportant leur matériel sur le dos sauf deux, Djamel et moi qui devions ramener le bateau à la calanque de Port Miou. Avant le départ, je suis allé saluer Henri, il m’informa qu’il avait contacté les pompiers et le CROSMED pour les aider dans leurs recherches car il connaissait bien la grotte pour l’avoir visitée jusqu’au bout.

    L’organisme de secours accepta son offre, maintenant restait à trouver un bateau, car Henri ne voulait pas se rendre sur place avec le CRO MAGNON chargé de clients. Comme il ne trouvait pas de bateau de remplacement, j’avisais Djamel de mon intention de participer aux secours s’il voulait bien m’accompagner. Il avait une très bonne connaissance du Tiki III et n’a pas hésité. Dès que le matériel nécessaire fut embarqué, nous partîmes avec Henri et un de ses moniteurs de plongée Yann GOGAN en direction de Cap Morgiou.

    En navigant, nous avons déjeuné avec les provisions prévues pour la journée en mer. Djamel et moi partageâmes en quatre ce que nous possédions parce que dans la hâte de départ Henri et son collègue avaient oublié le casse croûte. Nous avons décidé qu’Henri et son moniteur partiraient en premier avec un fil d’ariane de 50 m qu’ils amarreraient à l’entrée de la grotte. La deuxième équipe assurerait la logistique du bateau et la correspondance radio.

     

    L’intervention de la deuxième équipe ne se ferait qu’en cas d’insuccès de la première et en tout état de cause, après concertation pour réduire au maximum les risques. Chaque plongeur emporterait deux lampes électriques et serait accroché au fil d’ariane par un filin coulissant permettant une plus grande exploration

    Pour les temps de plongée, nous étions tous dans la même situation puisque nous avions tous les quatre effectué une plongée le matin. Je resterais très vigilant à la direction des opérations prêt à suivre si nécessaire.

    Arrivés à l’aplomb de la grotte nord de la Triperie, nous informons le CROSMED et le navire la Bonne Mère, accosté pour le moment au port de la Calanque de Sormiou, que la première équipe était sur les lieux de l’accident, prête à intervenir. Nous recevons leur approbation qui donnait à Henri le signal du départ à 15 h 15 et l’attente commença.

    Dix minutes après leur départ, Henri et Yann reparaissent à la surface avec un troisième plongeur, inanimé, flottant grâce à son gilet gonflé. Ils palment jusqu’à l’échelle du TIKI III. Par radio nous informons le navire de secours en mer. On nous annonce la venue d’un médecin en hélicoptère pour l’identification du corps, qui doit rester dans l’eau jusqu’à l’arrivée de la « Bonne Mère ».

    De l’hélicoptère, en vol stationnaire eu dessus du TIKI III, descendit une jeune femme médecin. Notre bateau moteur coupé n’était pas manœuvrant, car Henri accroché à l’échelle devait maintenir le corps du plongeur, selon les ordres reçus du commandant.

    Il fut très difficile de faire passer la jeune femme sur le pont de notre navire du fait des déplacements importants causés par le souffle de l’hélicoptère. Après plusieurs tentatives, enfin je réussis à la saisir aux hanches et la maintins pendant qu’elle déverrouillait le crochet du câble de son harnais.

    Lorsque la doctoresse aperçut dans l’eau, près de l’échelle le plongeur tout habillé que maintenait Henri, elle fut vivement impressionnée et détourna la tête toute pâle. Je l’aidais à s’asseoir sur le banc près de Djamel qui s’occupait de la transmission et réception des messages radio.

    Environ 10 minutes après notre message, la "Bonne Mère" arriva et embarqua le corps du 2° plongeur et repartit vers le fond de Sormiou avec la doctoresse. Il restait encore beaucoup d’air dans les bouteilles d’Henri et de son moniteur. Nous informons le CROSMED de la poursuite de l’intervention pour la récupération du 3° homme probablement plus à l’intérieur dans le couloir de la grotte.

    Refus… « Ordre d’attendre un plongeur spéléo, spécialiste des conduits et rivières souterraines, parti d’Avignon en hélicoptère et devant arriver dans environ 1 h 30 avec du matériel spécialisé. Ne pas prendre de risque pour le moment ».

    Henri et son coéquipier remontèrent à bord et se mirent à l’aise en patientant au soleil de l’après midi, la mer s’était calmée, le vent du sud mollissait.

    Assis sur le banc, on bavardait à propos de cette grotte que j’avais connue il y a de nombreuses années, sans grand intérêt à mes yeux, car la faune et la flore étaient en général très limitées à plus de dix mètres de l’entrée. Henri nous apprit qu’il la connaissait bien pour l’avoir visitée jusqu’au bout.

    « Elle se compose d’un long couloir de 170 m environ, il faut palmer 8 mn pour arriver dans une salle aérienne où se trouvent de très belles stalagmites et stalactites aux couleurs blanches, orangées à l’éclairage d’une lampe électrique ».

    Il avait même photographié certains coins particulièrement esthétiques…

    Le temps passa au soleil de l’après midi et un bruit d’hélicoptère au fond de la calanque de Sormiou nous annonça l’arrivée du plongeur spécialiste.

    Quelques instants plus tard nous vîmes venir le bateau de secours. En effet à son bord se trouvait le plongeur spéléo avec un matériel conventionnel de plongée et d’autres spécifiques à la spéléo. Entre autre des grilles très bien réalisées pour englober et protéger la robinetterie des bouteilles de plongées, du fil d’ariane de 500 m et un casque équipé de deux lampes électriques.

    Henri convainquit ce spécialiste de sa très bonne connaissance des lieux pour guider les recherches plus profondément à l’intérieur du couloir. On lui prêta du matériel spéléo pour compléter son matériel de plongée. Chacun d’eux emporta aussi deux lampes électriques à main.

    Les deux plongeurs s’immergèrent à 17 h 30 et nous assurâmes la veille en surface accostés à la "Bonne Mère"

    Pendant ce temps on discutait avec les marins plongeurs, jeunes pour la plupart, affectés au navire de secours. Ils nous apprirent que ce matin, la découverte du premier plongeur grenoblois mort dans la grotte, les avait impressionnés. Ils n’avaient pas osé repartir chercher les deux autres plongeurs encore à l’intérieur. C’était la première fois qu’ils intervenaient pour un accident de plongée.

    Après vingt minutes d’immersion les plongeurs spéléo réapparurent en surface avec le troisième plongeur accidenté, récupéré à une quarantaine de mètres à l’intérieur de la grotte. Parmi les trois plongeurs grenoblois, c’était le seul qui avait une lampe électrique étanche, il était niveau 4.

     

    En fonction des d’informations recueillies dans la journée, nous pouvions imaginer les circonstances de l’accident.

    Un groupe de Grenoblois, habitués du club de la calanque de Sormiou, en vacances depuis plusieurs jours, plongeaient dans les environs de Cap Morgiou. Ce matin du 1er septembre c’était leur dernière plongée avant le départ prévu dans l’après midi. Ils étaient allés plonger vers les calanques de la Triperie avec un zodiac gris. Un premier groupe, guidé par le président du club, moniteur national, fit une plongée sans problème.

    La deuxième palanquée, de quatre personnes, était dirigé par un niveau 4 grenoblois.

    Lors de la plongée, ils aperçurent l’entrée de la grotte et pénétrèrent en palmant sans se rendre compte qu’ils soulevaient des nuages de vase noire qui masquait complètement la visibilité.

    Le dernier de la palanquée prit peur et tout de suite rebroussa chemin, à tâtons. Après dix minutes d’angoisse, il vit une éclaircie, c’était la sortie.

    Sans connaître les paramètres de sa plongée, temps ni profondeur, il improvisa la remontée et craignit un moment d’avoir un accident de décompression. Pour la première fois de sa vie il se trouvait seul en plongée. Stressé, mais conscient d’avoir échappé au pire, c’était le jeune homme qui pleurait dans le zodiac quand on vint me prévenir.

     

    Nous avons essayé d’intervenir sachant qu’on n’avait qu’une chance sur cent de récupérer une personne vivante. Par la suite nous avons su que les trois plongeurs grenoblois étaient déjà morts bien avant que nous ne soyons avertis de l’accident. Dans leurs trois bouteilles, les marins contrôlèrent la pression, il restait entre 35 et 40 bars. Avaient ils perdu leur embout ? étaient-ils morts de peur ?

     

    Nous savons tous que les grottes sont dangereuses surtout quand on improvise leur visite sans matériel approprié et avec des personnes non expérimentées.

    Un mois avant nous avions eu au club une expérience de ce type au cap Morgiou, partie sud de la calanque de la Triperie. Cette grotte très étroite n’admettait qu’une seule personne à la fois. Claude BERTON y pénétra équipé d’une lampe électrique, mais en remuant la vase, plus de visibilité, de plus la sortie en angle droit était impossible à repérer, même à tâtons. Agnès était restée dehors attendant son tour pour entrer, mais apercevant un nuage noir sortant de la grotte, elle comprit le danger et avec le manche de son couteau elle frappa sa bouteille de plongée. C’est ce bruit de cloche qui orienta Claude vers la sortie. Il en fut quitte pour une belle peur.!

     

    Nous prîmes congé de l’équipage de la Bonne Mère avec moult remerciements et félicitations pour notre participation, puis on débarqua Henri et Yann à Cassis. On dirigea le TIKI III à la calanque de Port Miou. Ce jour là avec Djamel nous sommes partis de la calanque à 20 h 30.

    Le lendemain, sur le « Provençal » une photo des lieux de l’accident représentant la Bonne Mère et le Tiki III à couple, fit penser aux lecteurs de notre club de Cadarache qui n’étaient pas au courant de l’événement que c’était nous qui avions eu un accident de plongée. Notre Président envoya un démenti au journal.

     

    Trois ans plus tard, le moniteur national de la calanque de Sormiou a été condamné par le tribunal de Marseille à 18 mois de prison ferme, 3 ans de prison avec sursis et interdiction à vie de professer la plongée sous-marine.

     

     

    Nous devons avertir nos adhérents que la visite des grottes sous-marines requiert une grande attention, qu’il faut respecter certaines règles et éviter toute improvisation. Ne pas oublier que le plafond empêche l’accès direct à la surface et que dans tous les cas il faut revenir à l’entrée de la grotte pour en sortir. Pour ce faire, il faut conserver une bonne visibilité, donc ne jamais remuer le fond vaseux : les palmes provoquent un nuage de particules qui peuvent rester en suspension pendant des heures. La main plaquée sur le masque est invisible et à tâtons il est difficile de s’orienter.

    Bien sûr il est souhaitable de visiter une grotte avec une personne qui connaît les lieux et dans tous les cas il est indispensable d’emporter le matériel nécessaire, lampes électriques, fils d’ariane etc.

    Avant le départ, prévenir le directeur de plongée en précisant l’heure de retour au delà de laquelle il faudra déclencher une intervention. Cette action pour être efficace doit s’effectuer au plus tôt, sans risquer bien sûr la vie d’autres plongeurs.

  • Non classé

    conférences sur le thème de la mer

    La Cité du Livre d’Aix-en-Provence et le CCSTI-Agora des Sciences vous invitent à deux conférences sur le thème de la mer.

    Salle Armand Lunel, 8-10 rue des Allumettes
    13100 Aix en Provence
    Tél. 04 42 91 98 65

    Sur les pas de Saint-Exupéry

    Jeudi 6 février à 18h30, salle Armand Lunel, accès libre.
    Patrice Lardeau est responsable des relations publiques à l ‘IFREMER Toulon où sont conçus les équipements sous-marins, permettant la pénétration sous-marine profonde. Il a participé à de nombreuses campagnes en mer. Le 31 Juillet 1944, disparaissait l’auteur du Petit Prince au cours d’une mission de reconnaissance aérienne. Depuis, toutes les hypothèses ont été émises pour expliquer les causes et les circonstances de ce tragique épisode de la dernière guerre : combat aérien, suicide, accident ? A partir de l’analyse de ses différents écrits, et des témoignages de ceux qui l’ont connu, à partir, aussi, des récits de ceux qui pensent avoir assisté à son dernier combat, à partir, enfin des résultats des recherches entreprises par l’IFREMER, Patrice LARDEAU essaie d’avancer des hypothèses. Il n’importe pas, pour lui, de retrouver, à tout prix les débris du lightning P38, mais bien de faire oeuvre de mémoire en apportant, simplement, un éclairage sur ce que fut la fin d ‘un des grands hommes de notre siècle.

    Recherches et représentation des navires antiques

    Mercredi 19 mars 18h30, salle Armand Lunel, accès libre.
    Jean-Marie Gassend, architecte archéologue à l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique (IRAA du CNRS) plongeur en milieu subaquatique, étudie depuis 30 ans l’architecture navale d’épaves de navires antiques.
    Il a notamment publié « De la manoeuvre des navires antiques » en collaboration avec L. Damonte, éditions La Nerthe, 2003). Au cours de sa conférence, J.-M. Gassend nous présentera, à partir de motifs iconographiques de mosaïques, de stèles, de grafiti et de peintures murales, l’image des navires de commerce antique, pour ensuite faire apparaître par le témoignage de fouilles archéologiques sous-marine, l’architecture réelle de ces navires.